Formation.net

Passez à l'action! Commencez votre parcours de formation dès maintenant.

/

Étude pour être thanatopracteur : contenu et débouchées

Étude pour être thanatopracteur : contenu et débouchées

D’une durée minimale de deux ans, l’étude pour devenir thanatopracteur ouvre la voie vers le domaine funéraire. Pendant sa formation, le professionnel apprend à préparer le défunt pour ses obsèques et à assurer la conservation des corps. Découvrez en détails le cursus pour intégrer cette profession si particulière.

Le métier des thanatopracteurs

Ayant suivi une étude universitaire de niveau bac+2, le thanatopracteur est un professionnel de la santé spécialisé dans la conservation et la présentation des défunts. Il intervient après le décès d’une personne pour réaliser différents soins qui ont pour but de retarder la décomposition du corps. Par ailleurs, sa mission consiste à garantir une meilleure présentation du défunt à ses proches lors des funérailles.

Ces soins fournis par le thanatopracteur comprennent la désinfection et l’injection de produits conservateurs. Sinon, il se charge également de la mise en bière, en d’autres termes, le placement du corps dans le cercueil. Le professionnel doit aussi effectuer des soins, tels que le maquillage et la coiffure, afin de donner au corps sans vie une apparence paisible et reposée.

L’étude pour intégrer cette profession

D’abord pour exercer ce métier, il faut être titulaire diplôme national de thanatopracteur. Cette qualification s’obtient à l’issue d’une formation spécifique qui se déroule en deux étapes. La première est théorique et permet d’acquérir les connaissances liées à la profession. L’autre partie se concentre sur la pratique. Ensuite, la seconde moitié de l’étude du thanatopracteur se compose surtout de stages en entreprise pour qu’il se familiarise avec le terrain. Il trouvera l’occasion de mettre en application les compétences acquises en cours.

La partie théorique de l’étude de thanatopracteur

Les cours d’une durée totale minimale de 190h portent sur divers thèmes, dont :

  • la législation funéraire,
  • L’anatomie et la physiologie humaine,
  • Les techniques de désinfection et de conservation des corps,
  • Le maquillage et la coiffure funéraires,
  • la psychologie du deuil et la relation avec les familles endeuillées.
Le quotidien d’un thanatopracteur est loin d’être banal.

La partie pratique : les stages en entreprise

Cette partie théorique est primordiale pour exercer ce métier. À l’issue de cette étape, les étudiants sont soumis à un examen écrit leur permettant d’accéder à la partie pratique de la formation. Quoi qu’il en soit, ils devraient avoir certaines qualités, dont :

  • Le sens du relationnel et de l’empathie, pour être à l’écoute des familles endeuillées,
  • La discrétion et le respect de la confidentialité, car le thanatopracteur travaille avec des informations sensibles,
  • La rigueur et le sérieux, pour assurer une qualité irréprochable dans les soins réalisés,
  • Une bonne résistance physique et psychologique, pour faire face aux difficultés inhérentes au contact des défunts et à la gestion du deuil.

Débouchées après une étude de thanatopracteur

Le thanatopracteur pratique l’un des métiers qui recrutent sans discontinuité. Le professionnel peut exercer au sein d’entreprises de pompes funèbres, dans des chambres mortuaires ou en tant qu’indépendant. Les débouchés sont donc relativement nombreux, car la demande pour ce type de services est constante.

Quant aux perspectives d’évolution, elles dépendent principalement de l’expérience et du réseau professionnel développé par le thanatopracteur. Avec quelques années d’expérience, le professionnel ayant évolué dans une agence funéraire peut se spécialiser dans des techniques de thanatopraxie modernes. Il pourra également s’orienter vers des fonctions de management ou de formation. En somme, une carrière riche et diversifiée attendent ceux qui ont la motivation de s’investir dans cette profession.

Lisez également notre article sur les métiers qui paient le plus sur le marché du travail.

Qualités requises pour être thanatopracteur

Pour réussir dans le métier de thanatopracteur, certaines qualités humaines et compétences techniques sont indispensables.

Tout d’abord, le professionnel doit faire preuve d’un sens aigu du contact et de l’écoute. Il est en effet amené à interagir fréquemment avec les familles endeuillées. Une approche humaine et pleine d’empathie est donc requise pour les accompagner pendant cette épreuve.

Le thanatopracteur doit également avoir le sens des responsabilités et être méticuleux dans la réalisation des soins. Chaque geste technique doit être exécuté avec précision et dans le respect du défunt. La moindre erreur pourrait avoir des conséquences dramatiques.

Sur le plan technique, le professionnel doit maîtriser parfaitement les protocoles de désinfection, de conservation et de préparation esthétique du corps. L’utilisation des produits chimiques impose également une connaissance pointue des règles d’hygiène et de sécurité.

Une résistance physique est aussi de mise, car le thanatopracteur est amené à manipuler des charges lourdes et à rester debout pendant de longues périodes. Il doit supporter la vue et l’odeur de la mort au quotidien.

Enfin, le secret professionnel et la discrétion sont primordiaux dans l’exercice de cette profession. Le thanatopracteur est dépositaire d’informations sensibles sur la vie privée des défunts et de leurs proches. Le respect de la confidentialité s’impose donc à lui en toutes circonstances.

Vous aimerez aussi

Dans le monde du développement personnel, de plus en plus de personnes sont attirées par

Vous souhaitez découvrir comment créer vos propres images grâce à l’intelligence artificielle et à la

La formation aux achats responsables représente un enjeu majeur dans le contexte actuel de développement