Formation.net

Passez à l'action! Commencez votre parcours de formation dès maintenant.

Accueil

/

Je suis au RSA et je veux faire une formation : comment faire ?

Je suis au RSA et je veux faire une formation : comment faire ?

Être bénéficiaire du RSA (Revenu de Solidarité Active) ne signifie pas qu’il faut renoncer à se former ou à améliorer ses compétences. Au contraire, les allocataires doivent profiter d’une opportunité pour booster leur employabilité. Voici comment concilier RSA et formation professionnelle.

Le droit à la formation pour les bénéficiaires du RSA

Tout d’abord, les bénéficiaires du RSA ont le même droit à la formation que n’importe quel autre chercheur d’emploi. Selon la situation, plusieurs dispositifs attendent les concernés :

Le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE)

Destiné aux personnes rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi, ce dispositif vise à soutenir les projets professionnels en proposant des formations adaptées aux besoins du marché du travail local.

Le Programme Régional de Formation Professionnelle (PRFP) 

Mis en place par les régions, le PRFP permet aux demandeurs d’emploi de suivre une formation financée par la région, dans le but de favoriser leur retour sur le marché du travail.

L’Aide Individuelle à la Formation (AIF) 

Accordée par Pôle emploi, cette aide financière permet de financer tout ou partie d’une formation lorsque celle-ci n’est pas prise en charge par un autre organisme.

Le bénéficiaire du RSA peut suivre une formation en création d’entreprise et continuer de percevoir les allocations jusqu’à ce que son affaire démarre.

Les conditions pour accéder à une formation professionnelle en étant au RSA

Avoir un projet professionnel clair et réaliste

Dans un premier temps, il faudra définir le projet professionnel. Celui-ci doit être cohérent avec les compétences, les expériences ainsi que les opportunités d’accès à l’emploi dans le secteur d’activité visé. Par ailleurs, l’allocataire a intérêt à prendre en compte le marché du travail local et vérifier si la formation souhaitée correspond aux besoins des entreprises ou non.

S’informer sur les dispositifs existants

Ensuite, il faut se renseigner sur les différents dispositifs de formation professionnelle accessibles aux bénéficiaires du RSA. Le concerné peut, par exemple, se rapprocher de son conseiller Pôle emploi, de la Mission locale ou encore de son référent d’allocation pour obtenir toutes les informations nécessaires.

Consultez notre article sur les formations financées par Pôle emploi.

Constituer un dossier de demande de formation

La constitution d’un dossier est une étape clé pour accéder à une formation financée par l’un des dispositifs cités précédemment. La requête adressée aux organismes d’accompagnement comporte plusieurs éléments, dont un curriculum vitae à jour.

Une lettre de motivation complète ce CV. Elle explique les raisons pour lesquelles le bénéficiaire du RSA souhaite suivre une formation professionnelle. Des justificatifs attestant son admissibilité aux cursus visés peuvent également l’aider. Les copies de diplômes, d’attestation de réussite à un test d’aptitude, etc. vont aussi jouer en sa faveur.

Quoi qu’il en soit, il faut soigner la présentation du dossier et être précis dans ses objectifs professionnels pour avoir toutes les chances d’être accepté.

Rester au RSA pendant la formation : quelles rémunérations ?

En suivant une formation professionnelle, le bénéficiaire du RSA a différentes possibilités de rémunération. Il y a notamment le maintien du RSA. En tant que stagiaire de la formation professionnelle non rémunéré, il continuera à percevoir l’allocation sans aucune démarche particulière à effectuer. Il suffit de déclarer sa situation de formation auprès de la CAF lors de sa déclaration trimestrielle de ressources.

La Rémunération de Formation Pôle Emploi (RFPE) constitue une autre issue. Pour la toucher, il faut s’inscrire en tant que demandeur d’emploi. Cela donne droit à cette rémunération spécifique pour les formations suivies dans le cadre des dispositifs financés par Pôle emploi. La RFPE est cumulable avec le RSA.

Parmi les options disponibles, il y a également la rémunération minimale de stage, destinée aux formations d’une durée supérieure à deux mois. Il faut justifier de plus de 40 heures de présence effective pour être payé. Le montant varie selon la durée et le type de la formation suivie par le bénéficiaire du RSA.

A noter que ces différentes rémunérations ne sont pas systématiques et peuvent être soumises à conditions. En tout cas, les renseignements restent disponibles auprès de l’organisme de formation ou du référent d’allocation qui expliquera les modalités d’attribution.

Poursuivre une formation professionnelle en étant au RSA : quelques conseils

Pour mettre toutes les chances de son côté et réussir son projet de formation, le bénéficiaire du RSA doit faire preuve de tact. Il peut appliquer ces ultimes conseils :

  • Ne pas négliger la phase d’orientation. Il vaut mieux prendre le temps de bien définir son projet professionnel et de choisir la formation la plus adaptée.
  • Se renseigner sur les aides financières et matérielles. Au-delà des dispositifs de financement de la formation évoqués précédemment, d’autres aides sont envisageables (aides aux frais de garde d’enfant, soutien financier pour le transport ou le logement, etc.). Les renseignements sont à demander auprès du conseiller Pôle emploi, de la CAF, des organismes de formation ou encore de la Mission locale.
  • Maintenir un rythme de vie sain et équilibré. Suivre une formation peut en effet être éprouvant physiquement et mentalement. Ainsi, il serait préférable de respecter un bon équilibre entre travail personnel et moments de détente pour rester concentré et motivé tout au long de la formation.

Les alternatives à la formation professionnelle pour les bénéficiaires du RSA

Bien que la formation professionnelle soit un excellent moyen d’acquérir de nouvelles compétences et de favoriser un retour à l’emploi, elle n’est pas la seule option envisageable pour les bénéficiaires du RSA. D’autres solutions permettent également d’améliorer son employabilité.

L’une des alternatives intéressantes est l’autoformation. Avec les ressources disponibles sur Internet, il est possible d’apprendre de nouvelles compétences par soi-même, à son rythme. Des cours en ligne, qui peuvent être gratuits ou payants, sont proposés sur une multitude de sujets. Pour renforcer son CV, l’autoformation ciblée sur les compétences recherchées par les recruteurs peut s’avérer judicieuse.

Autre possibilité : le tutorat. Il s’agit d’un suivi personnalisé par un professionnel qui transmet son savoir-faire. Via des associations et des organismes spécialisés, les bénéficiaires du RSA peuvent trouver un tuteur bénévole pour se former à un métier. C’est aussi un bon moyen d’élargir son réseau professionnel.

Le service civique peut également aider à développer des compétences par une mission d’intérêt général. Pendant 6 à 12 mois, le volontaire réalise une mission dans une association, une ONG, un service public, etc. Outre l’indemnité versée, cette expérience valorisable est un tremplin pour l’emploi.

Ces options offrent des perspectives intéressantes aux allocataires du RSA qui souhaitent améliorer leur employabilité avec ou sans formation professionnelle classique. Un accompagnement sur mesure doit permettre de choisir la solution la plus adaptée à chaque situation et objectif.

Vous aimerez aussi

Le métier d’attaché de recherche clinique (ARC) a su s’imposer comme un élément clé dans le

À la recherche de la formation idéale à Toulouse ? Découvrez des conseils pratiques pour

Le monde du travail est en constante évolution. Se tenir informé des métiers d’avenir pour préparer au