Formation.net

Passez à l'action! Commencez votre parcours de formation dès maintenant.

Accueil

/

Cybersécurité : la psychologie derrière les cyberattaques à considérer lors de votre formation

Cybersécurité : la psychologie derrière les cyberattaques à considérer lors de votre formation

psychologie derrière les cyberattaques

Pour appuyer l’efficacité de votre formation en cybersécurité, il est intéressant de comprendre la psychologie derrière les actions des hackers et de connaitre les raisons qui les amènent à perpétrer des cyberattaques. Les cybercriminels sont de différents types. Leur point commun réside dans l’utilisation des technologies informatiques dans l’objectif d’opérer des actions criminelles et illégales en ligne.

Les vulnérabilités des systèmes de réseaux informatiques sont exploitées. De même que les vulnérabilités des utilisateurs. Vol de données sensibles, fraudes, chantages via des ransomwares, diffusion de malwares… sont autant de techniques utilisées par ces individus malintentionnés, lesquelles vont varier suivant des éléments comme les failles du système, leurs motivations, etc.

Psychologie derrière les cyberattaques : les profils des cybercriminels

Cyber-activistes, groupes professionnels… Les formes de cybercriminalité sont multiples. La psychologie derrière les cyberattaques peut s’expliquer par les intérêts des hackers, de leurs rôles et personnalités.

Les pirates informatiques dits black hat hackers

A la recherche de failles de sécurité dans l’objectif de servir leurs intérêts propres en infiltrant les systèmes à des fins criminelles, les raisons d’être des blacks hat hackers sont nombreuses. Obtenir des sommes d’argent conséquentes, voler des informations à tenir secrètes, de l’argent, des data, de la propriété intellectuelle, etc.

Les white hat hackers

psychologie derrière les cyberattaques

Ce sont aussi des pirates, mais bienveillants, agissant généralement pour le compte d’une entreprise qui leur demande de remonter des failles en vue de mieux se protéger contre les cybercriminels. Dans un cadre éthique, ces hackers sont embauchés pour hacker des organisations, des organismes étatiques pour les avertir en cas de vulnérabilité de leurs systèmes informatiques. Leur rôle est de trouver des brèches et ils sont payés pour cela.

Quelle est la psychologie derrière les cyberattaques des cybercriminels dits grey hat hackers ?

À mi-chemin entre pirates criminels et éthiques, ces individus peuvent s’animer de bonnes intentions dans leurs actes de hacking. Mais cette démarche n’en reste pas moins criminelle. Souvent, le challenge est ce qui motive les actions des grey hat hackers.

Connaître la psychologie derrière les cyberattaques à travers les motivations des cybercriminels

Comme pour de nombreux criminels, l’argent est la principale motivation des cybercriminels. Toutefois, ces cracks de l’informatique peuvent mettre leurs compétences pour servir une cause plus ou moins légale comme le cas du piratage d’Ashley Madison qu’ils ont jugé immoral.

La notoriété

psychologie derrière les cyberattaques

Pour les cybercriminels, leur communauté passe avant tout et au sein de celle-ci, la notoriété est essentielle. On peut en déduire facilement que la psychologie derrière les cyberattaques peut être en lien avec cet aspect. Les pirates continuent les piratages dans le but de satisfaire un besoin : asseoir cette notoriété. Pour se faire connaître et souvent en titre d’examen d’insertion dans un groupe connu, les cybercriminels isolés font des attaques.

L’intérêt financier : une autre explication de la psychologie derrière les cyberattaques

Les options pour gagner de l’argent sont pour un cybercriminel de :

  • Détourner de l’argent en usurpant des identités après avoir volé des coordonnées bancaires
  • De voler des données importantes hackées puis revendues, souvent sur le dark web, au plus offrant.
  • D’exiger une rançon auprès de l’entreprise victime. C’est le ransomware ou rançongiciel. Pour cela, il introduit un malware afin de neutraliser le système informatique. Les fichiers et ce qui se trouve sur la machine infectée sont inaccessibles, car chiffrés.
  • L’idéologie. Un autre élément justifiant la psychologie des cybercriminels
  • Une cyberattaque peut découler d’une volonté de divulguer des informations au grand public ou de dénoncer des idéologies comme le font les pirates du collectif Anonymous. Il s’agit d’un mouvement hacktiviste qui prend parti pour la liberté d’expression sur Internet.
  • Servir une cause politique. Un hacker peut réaliser un piratage informatique dans l’objectif d’atteindre certains buts politiques. L’attaque peut dans ce cas consister à semer le trouble dans un parti politique, à couper l’électricité ou à manipuler les opinions et par ricochet, des élections.
  • Par intérêt stratégique
  • La psychologie derrière une cyberattaque peut aussi découler d’un espionnage industriel vis-à-vis de la concurrence. Le but est alors de s’emparer de propriétés intellectuelles en vue d’avoir un avantage concurrentiel lors d’une négociation. C’est ce qui est arrivé avec Arcelor avant qu’il ne soit acquis par Mittal, un groupe indien, en 2006. Dans ce contexte, le pirate informatique peut aussi recourir au chantage.

Connaître la psychologie derrière les cyberattaques à travers les différents types d’attaques

psychologie derrière les cyberattaques

Pour vous aider à mieux connaître la psychologie des cybercriminels avant qu’il ne perpètrent  des cyberattaques, sachez qu’on dénombre 2 principaux types d’attaques. Les attaques de masse d’un côté, et de l’autre, les attaques ciblées. Le cybercriminel vise lors d’une attaque de masse à récupérer des données concernant un nombre élevé de sujets. Pour blanchir de l’argent, ils font appel à cette technique.

En effet, ils entrent en possession des données bancaires des victimes pour effectuer des virements espacés et par petites sommes. C’est un moyen de ne pas éveiller les soupçons. L’hameçonnage illustre cette technique d’attaque de masse.

Quant aux attaques ciblées, elles ciblent une entreprise spécifique dans un objectif déterminé. Les blacks hackers peuvent passer par une société pour à terme, pénétrer dans une autre. Rusés, ils préfèrent pirater des sous-traitants au lieu d’attaquer directement un grand groupe souvent mieux protégé.

Le meilleur exemple et le plus connu des attaques ciblées sont le ransomware.

Comprendre les phases des cyberattaques pour mieux cerner la psychologie se cachant derrière

Une grande organisation, des tests, des travaux de recherche et un ciblage précis précèdent souvent une cyberattaque. Dépendant du degré de protection du système cible, la temporalité fluctue entre quelques jours et quelques mois.

Phase 1 : L’organisation de l’attaque

C’est rare qu’un cybercriminel agisse individuellement. Très souvent, il est membre d’un groupe organisé et structuré dans lequel il a un rôle. Sa mission dépend de sa spécialité, ses compétences et l’objectif.

Phase 2 : L’étape du ciblage

psychologie derrière les cyberattaques

C’est l’étape qui peut prendre un certain temps et durant lequel le hacker cherche les moyens de pénétrer dans le SI visé. Il passe au crible toutes les failles. Au cas où l’infrastructure est bien protégée et robuste, l’empêchant de la compromettre directement, il va viser les collaborateurs.

Phase 3 : L’attaque

De deux choses l’une : le cybercriminel se sert de bots automatiques qui vont analyser les failles de sécurité susceptibles d’être exploitées, ou bien il effectue une étude ciblée concernant un utilisateur à potentiel. Cela a pour finalité de s’introduire dans le SI de la victime. C’est ainsi qu’il exécute la compromission.

Phase 4 : La compromission

Entré dans le système, il procède à la récupération de son butin. Soit il extorque des fonds, des données. Soit il installe le rançongiciel en vue de demander la rançon. Ces dernières années, les attaques se muent pour passer de plus en plus par les périphériques tels que les smartphones. Pour entrer dans un environnement, les cybercriminels utilisent 4 vecteurs principaux dont le phishing (piège dans le courriel), les botnets, les vulnérabilités et les identifiants volés.

Les cyberattaques peuvent concerner toutes les organisations, sans exception. D’où l’importance pour les entreprises d’investir dans des systèmes de protection performants de leurs systèmes informatiques et de réseau ou dans des outils capables de déceler les attaques au plus vite… Pour le paiement des factures, l’adoption des procédures offrant une bonne protection en cas de BEC (business email compromise) est recommandée. C’est lorsqu’un compte email est compromis et qu’il sert à l’envoi d’autres attaques.

Toujours à l’échelle des entreprises, une formation poussée en cybersécurité peut assurer un retour sur investissement très appréciable en agissant en prévention.

Adaptez votre formation en cybersécurité avec la psychologie des cyberattaquants

A mesure que la nature des attaques évolue, et que les cybercriminels changent de comportement, il est aussi essentiel d’adapter la formation en conséquence. Auparavant, les pirates voulaient simplement prouver leur intelligence et leur capacité à pirater un système. La psychologie derrière les cyberattaques relevait alors surtout d’une question d’égo. Aujourd’hui, leurs intentions derrière ces actes sont dissimulées. Aussi :

Privilégiez les formations en cybersécurité avec beaucoup de scénarios pratiques. Que ce soit pour les futurs leaders de la cyberdéfense ou le personnel des entreprises, l’entraînement est la clé. Chez ces derniers, les simulations de phishing aident à aiguiser les réflexes et à assimiler ce que sont les cyberattaques. Les facteurs psychologiques doivent également être abordés afin de prendre connaissance des enjeux de l’appât du gain, de l’urgence…

Les pratiques doivent être régulières en vue d’acquérir l’étude du risque. Un large spectre de cas d’attaque doit être étudié, lesquels se doivent d’être réalisés dans des conditions réelles et contextualisés. Pour qu’elle soit impactante, autorisez-vous à échouer dans les pratiques afin de bien assimiler l’enseignement. Pourvu que la formation en cybersécurité soit accompagnée d’explications.

L’importance de la pédagogie de l’instructeur et de la motivation des apprenants

Les instructeurs doivent donner des explications claires et simples et fournir des conseils actionnables pour que les apprenants puissent éviter de se faire piéger. Comme cela, ils n’auront pas non plus de ressentiment par rapport au programme. Du côté des utilisateurs, des compétences en soft skills sont essentielles pour étudier la cybersécurité.

La volonté de s’améliorer en fait partie et elle peut être favorisée par les mécanismes de gratification ou de récompense. La gamification est également une excellente idée. Pour conclure, diverses motivations peuvent inciter les hackers à passer à l’action. La vigilance reste la meilleure solution, car une fois qu’un cybercriminel est dans un système, c’est trop tard !

Vous aimerez aussi

Le monde du travail est en constante évolution. Se tenir informé des métiers d’avenir pour préparer au

Le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) est un diplôme national français qui permet de valider une qualification dans

Le métier d’assistante sociale est une profession axée sur l’aide et l’accompagnement des personnes en situation